Facebook iconTwitter icon
B2B-Network:
Proposition de la City pour l'après-Brexit : l'UE dit "No" !
Proposition de la City pour l'après-Brexit : l'UE dit "No" !
Time icon 8 February 2018, 11:02 am

Au grand dam des sujets de Sa Majesté, l'Union Européenne a refusé la proposition de la City de Londres, grand centre financier du Royaume-Uni, concernant les futurs échanges financiers qui suivront la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, votée il y a de cela 19 mois. 

 

Des accords qui ne passent pas 

Il y a quelques temps, les représentants de la City, quartier financier de la capitale anglaise, présentaient aux élus européens leur proposition en matière d'échanges financiers qui auront lieu après le Brexit, prévu pour 2019. Au coeur de cette proposition : un accord de libre échange entre les deux partis, ce qui permettrait de conserver le flux financier déjà établi entre les deux entités. Une proposition qui ne convint pas les représentants de l'Union Européenne. Les grosses entreprises financières installées à la City réfléchissent depuis le vote à un moyen de garder le flux d'échanges existant entre la Grande-Bretagne et le continent. 

Les britanniques proposaient notamment de maintenir le commerce transfrontalier du marché financier entre les deux gouvernements, tout en conservant pour chacun des partis ses propres normes de réglementations, en accord avec les normes internationales. Pour l'Union Européenne, il n'est pas question que le Royaume-Uni conserve les mêmes avantages que par le passé tout en ayant décidé de quitter le marché unique. Nul doute que la finance va constituer l'un des points les plus sensibles dans les négociations relatives au Brexit. 

 

Un avenir incertain pour la finance britannique

Philip Hammond, ministre des finances, a prévenu l'Europe que de léser le marché financier de Londres résulterait en une délocalisation des différents services à New York ou à Singapour, au détriment de toute l'Europe. Malgré cet avertissement, le refus de l'Union est un deuxième coup de grâce pour l'île d'Albion qui avait déjà vu sa première proposition être gentiment (mais sûrement) déclinée. 

Les représentants financiers devront ainsi se contenter d'un accès limité et très réglementé, au même titre que d'autres pays hors U.E., au marché unique. Les représentants européens ont fait passer le message : aucune négociation ne sera possible. 
Les dirigeants financiers de la City en veulent à leur gouvernement de ne pas statuer clairement sur ses intentions concernant les futurs échanges avec l'Europe. Il est probable qu'ils seront amenés à revoir leurs conditions à la baisse, comme l'a présagé un avocat ayant participé aux négociations.

Loader